Tabagisme passif: risque élevé en plein air

Les Cigarettes loin aussi du local en plein air? Selon les résultats d’une récente étude australienne, l’avenir peut être parsemée de nouvelles interdictions pour les amateurs de blondes. En fait, il semblerait que leur n’est pas suffisant de se contenter de “séparer” les fumeurs, et leur fâcheuse de la fumée à l’extérieur de clubs, de bars et de restaurants, de même pour le tabagisme passif, dans les zones en plein air, peuvent entraîner de graves risques pour la santé des non-fumeurs.

On pourrait, avec seulement deux cigarettes, éclairé à l’extérieur des locaux, où fumer est autorisé à mettre en grave danger la santé des non-fumeurs, et en particulier de leur système respiratoire. En fait, ils sont suffisants seulement deux blondes augmenter le risque de développer des maladies respiratoires à la fumée secondaire. Indices alarmants ceux mis en évidence par une étude récente par le Conseil australien sur le tabagisme et la santé, réalisée en collaboration avec deux universités dans le Pays, qui ont procédé à un examen approfondi de la qualité de l’air de 28 locale de Perth.

Ce n’est pas seulement l’air libre et une bonne ventilation pour éviter les risques liés à la fumée secondaire: dans les domaines examinés, si quand il n’y avait pas de fumeurs dans la vue, dans l’air, les concentrations de particules de la fumée de tabac ont été d’environ 4 microgrammes par mètre cube d’air, quand il est allumé, même une blonde au niveau de la zone à 14,25 microgrammes. “La quantité mesurée de la fumée de seconde main augmente rapidement avec le nombre de personnes qui fument. Cette recherche confirme l’occasion de l’interdiction de fumer dans les zones où les gens peuvent passer de longues périodes de temps pour consommer de la nourriture et des boissons”, fait remarquer Julia Stafford, de l’université de Curtin, l’un des auteurs de l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *