Muscles: l’inflammation n’est pas toujours négatif

Les chercheurs de la Clinique de Cleveland dans l’Ohio, a mené une recherche sur l’excès et de l’utilisation incorrecte de la glace après une luxation, ou un coup à un muscle. L’étude, publiée dans le journal de la Fédération des Sociétés Américaines pour la Biologie Expérimentale, a montré que l’utilisation de la glace (toujours présente) lorsque le muscle subit une dislocation, la contracture, surtout quand tu joue à un sport, n’a pas, pour quoi que ce soit, un effet positif.

Lors d’un muscle de problème, vous avez le début du processus inflammatoire, ce n’est pas toujours résoudre avec le froid, mais vous aurez besoin de la libération d’une hormone, qui va favoriser la réparation des tissus. Le terme de l’inflammation est une réponse protectrice de l’organisme à des dommages, afin de remédier à ce dernier, et se manifeste par une douleur localisée, de l’enflure, la rougeur, l’irritation. La recherche a été menée sur deux groupes de cobayes: le premier groupe est génétiquement modifié, ne pas avoir de réponse inflammatoire. Après avoir subi les dommages, seul le deuxième groupe de souris, a été en mesure de réparer les dommages inflammatoires, grâce à la libération d’une hormone appelée Igf-1, produite par les tissus enflammés.

Avec cette étude, nous avons voulu montrer comment, dans certains cas, le processus inflammatoire est positif, et n’ont pas besoin de remplir des médicaments, ou de passer rapidement de la glace sur la zone douloureuse, qui a subi les dommages. Donc, mettre de la glace sur un muscle qui a subi un coup ou une dislocation peut être très contre-productif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *