Les infections d’origine alimentaire: sommes-nous plus démunis, mais plus prêts à se battre entre eux

Les infections d’origine alimentaire sont toujours aux aguets, n’est pas un nouveau système de référence géodésique. Cependant, comme cela a été démontré par une étude réalisée en Angleterre, nous sommes de plus en plus susceptible de rencontrer au risque d’apparition de maladies transmises par les aliments. Cette condition de la susceptibilité accrue serait de 15 à 20% de ceux vivant dans les Pays développés. Nos défenses seraient mineures dues à de nombreux facteurs, tels que l’utilisation d’antiacides, les maladies qui compromettent le système immunitaire, des niveaux élevés de fer.

Tous ces éléments sont de sorte que notre corps a le potentiel pour être de moins en moins prêt à se défendre contre les maladies d’origine alimentaire. Nous avons défenses naturelles, à qui est confiée une tâche très importante.

L’acidité gastrique, par exemple, est la barrière contre les bactéries pathogènes. Ensuite, agir sur le système immunitaire intestinal, la flore intestinale, des acides biliaires, et les enzymes digestives.

Si l’un ou plusieurs des mécanismes de défense sont dans un état de compromis, il est facile de rencontrer les infections.

Ces dernières, généralement, à cause d’une photo de symptômes de courte durée, avec des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et de la diarrhée. Cependant, même si les symptômes sont bénins, ne doit pas être sous-estimés, car ils peuvent créer de nombreux problèmes dans les personnes les plus à risque.

Pour ces raisons, les experts recommandent de se concentrer sur la prévention, fondée sur un régime alimentaire, prudent. Il serait souhaitable d’éviter de consommer de la viande, le poisson, les crustacés, et les œufs crus ou insuffisamment cuits; il est important de prêter attention à la viande froide légèrement assaisonné et non du lait pasteurisé.

Entre autres recommandations, il est fait référence à l’hygiène personnelle, notamment celle des mains, d’éviter tout contact entre les aliments crus et ceux qui sont prêts à être consommés et l’utilisation d’un réfrigérateur capable de maintenir une température d’environ 4 à 6 degrés, de façon à empêcher le développement de bactéries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *