La fibrose kystique: la première voie libre à la transplantation pulmonaire à partir d’un vivant

Des nouvelles encourageantes sur le visage de la législation, qui pourrait sauver la vie de jeunes personnes souffrant de fibrose kystique. C’est officiel: le premier par la libre transplantation de poumon, de l’intestin et le pancréas d’un donneur vivant, contenues dans l’accord bipartisan du XII commission Affaires sociales de la Chambre. La loi est vraiment juste une étape loin de l’approbation, de devenir une réalité, pour donner un nouvel espoir pour les malades.

Grâce à cette loi, il sera possible de faire un don d’un lobe du poumon un peu malade de la fibrose kystique, sans aucun danger pour la santé du donneur vivant. La mère va essayer d’aider l’enfant souffrant d’une maladie grave, en lui donnant une partie du poumon droit, sans compromettre la fonctionnalité. Actuellement, la loi italienne prévoit deux types de dons par donneur vivant, qu’une partie du foie et du rein. Si la nouvelle loi permettra de conclure le processus d’approbation avec succès, d’ouvrir de nouvelles possibilités pour le don d’un lobe du poumon, de l’intestin et du pancréas.

La fibrose kystique est une maladie très répandue qui affecte chaque année, un enfant toutes les 2800 naissances. C’est une maladie génétique héréditaire qui est causée par un défaut dans le gène CFTR. En essence, il ne fonctionne pas pour une protéine qui contrôle le passage de chlorure à l’intérieur des cellules de rendre le corps liquide plus dense, ce qui est communément appelé la fibrose kystique. Dans les bronches et les poumons, les sécrétions, qui deviennent de plus en plus dense, n’est plus l’accomplissement de leur tâche d’éliminer les microbes, ce qui, de la stagnation dans le système pulmonaire, provoquant des infections pour les tuer, dans les cas les plus graves, la personne malade, a déclaré Antonio Amoroso, le coordonnateur du piémont centre de transplantation. Et’ une forte proportion de patients (environ 40%), le très jeune avec cette anomalie dans l’adn qui reste sur la liste d’attente depuis trop longtemps: les 15 à 20% de leur aujourd’hui, il meurt sur la liste d’attente dans l’année, pour le manque d’un organe, a ajouté l’expert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *