Allergies: l’attention à l’ambroisie!

Pas de répit pour les pauvres malades, stockées, des éternuements printemps pour quelques semaines, l’été est fini, l’automne, les portes, et, avec lui, une allergie certainement ennuyeux, celle déclenchée par l’herbe à poux, ou, mieux, de son pollen qui “hantent” l’air de beaucoup de villes dans le mois d’août, septembre et octobre.

La fièvre de foin de l’herbe à poux se déclenche au début du mois d’août, avec la floraison de la plante, et avec elle la première des réactions allergiques commencent à se faire sentir. Ritardataria, à l’égard de la “co-workers” des allergies, mais non moins intense, et certainement pas le plus clément des autres formes allergiques: une allergie à l’herbe à poux est caractérisé par des réactions allergiques plus puissante et persistante que celles déclenchées par les pollens de printemps. Quelques symptômes typiques lorsque le pollen de l’ambroisie grève, semblent manquer: des éternuements, de la vierge, de brûlure, démangeaisons des yeux, larmoiement, sensibilité à la lumière, et la rougeur intense, le nez dégoulinant, qui produit une sécrétion très liquide, la démangeaison et la congestion nasale. Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là, car une proportion importante de sujets allergiques à l’herbe à poux, 50%, se traduit aussi une forme d’asthme allergique, avec de la toux, une respiration sifflante, le sentiment de constriction de la poitrine et le souffle court.

Comme pour les allergies, le printemps, ou même cet “outsider” de la saison, les voies de recours qui sont valides peuvent être, pour les crises aiguës, la pulvérisation des décongestionnants et des gouttes anti-inflammatoires, et, pour la période de longue durée, à être administré que sur ordonnance, les antihistaminiques et les médicaments cortisone en spray, anti-inflammatoire. La prévention par le vaccin doit être injecté par voie sous-cutanée à des doses croissantes, une fois par semaine, à partir de janvier jusqu’à la fin de juillet, ou, dans la version plus moderne, en comprimés ou en gouttes prise sous la langue quotidienne, huit semaines avant le sommet de l’allergie, et de huit semaines au cours de la saison des allergies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *